Mairie de Carcassonne Peugeot Mutuelle Midi Mediterranee Vêtement de travail ASC Athlétisme L'indépendant - Midi Libre
Accueil | Règlements des courses | Plans d’accès | Hébergements | Résultats | Tourisme | Contact
Animations | Village et partenaires | Présence médicale | Bénévoles | Un peu d'histoire
 
courses
 
Résultats Semi Marathon 2009
Résultats Populaire 2009
Parcours : Semi-Marathon - Populaire
Ravitaillements
 
inscriptions
 

Bulletins d'inscriptions à télécharger
Voir les athlètes préinscrits
 
Informations
 
Primes
Retraits des dossards
Horaires
 
  CARCASSONNE : une ville, une cité, une histoire…

C’est à Carsac, au sud de Carcassonne que les premiers habitants se sont installés au néolithique.

Au IIIème siècle avant JC, des peuples venus d’Europe centrale soumirent les Ibères du Languedoc ; au IIème siècle avant JC, cet endroit est abandonné pour peupler l’Oppidum, lieu actuel où se trouve la cité.

Puis vers 120 avant JC, l’invasion des romains a pour effet de fortifier l’Oppidum et l’appellent Carcaso. Ils occupent la région jusqu’au milieu du Vème siècle.

Entre 450 et 750 la cité a connu des occupations assez longues des Wisigoths qui avaient envahi l’Espagne et le Languedoc, puis par les Sarrazins qui nomment la cité Carchachounna. Ce sera alors le roi des Francs, Pépin de Bref, qui les chassa vers 759. L’époque féodale suit la mort de Charlemagne. Intégrée au royaume des Francs au VIIème siècle, la cité devient le siège d’un grand comté avec à sa tête la dynastie des Trencavel, vicomtes d’Albi, Carcassonne, Béziers et Nîmes jusqu’en 1209 ; date à laquelle Simon de Montfort mandaté par le pape Innocent III viendra assiéger la cité. C’est la croisade contre les albigeois. La capitulation de Raymond Roger de Trencavel met fin à une période prospère pour la ville et au catharisme, religion fondée sur le dualisme mais non reconnue par le pouvoir catholique.

Simon de Montfort sorti vainqueur, récupère la cité et les terres des Trencavel et les lègue à sa mort (1218) à son fils Amaury qui les lègue à son tour au roi Louis VIII. Son entrée dans le domaine royal la transforme en forteresse avec la création d’une deuxième enceinte, des lices et la modification de la cathédrale St Nazaire.

En 1247, Saint Louis ordonne que les habitants se relogent notamment sur la rive gauche de l’Aude. C’est la création de la ville basse suivant un plan architectural dit en « damier ». En 1355 la ville basse est incendié par Edouard Prince de Galles, surnommé le Prince Noir, mais sera reconstruite et entourée de remparts.

Carcassonne, connue notamment un grand centre drapier, rayonne économiquement. Malheureusement la cité va perdre son statut de place forte. De part les inventions militaires (canons) et aux techniques de guerre. De plus avec le traité des Pyrénées et le rattachement du Roussillon à la France, la frontière franco-espagnole s’éloigne. Au XVIIIème siècle alors que la cité perd de son rôle défensif la bastide, elle prend de l’ampleur. Les fossés autour de la ville basse sont comblés et des boulevards bordés de platanes (que l’on voit encore aujourd’hui) sont créés.

De part son industries drapières florissantes, des hôtels particuliers, des halles, la fontaine de la place Carnot et le portail des Jacobins sont construits.

Au début du XXème siècle la cité en délabrement est même par décret vouée à la démolition. Heureusement 3 hommes vont la sauver. Il s’agit de : Jean-Pierre CROS-MAYREVIEILLE, intellectuel Carcassonnais, de l’architecte VIOLET LE DUC et de MERIMEE qui permettent aujourd’hui encore à des milliers de touristes de visiter ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1997.

La cité aujourd’hui est habitée par 120 habitants et est le siège de nombreux commerçants.

Carcassonne peut s’enorgueillir de posséder un 2ème site classé par l’UNESCO : le Canal du Midi. Ce dernier nécessita 14 années de travail, 15 000 ouvriers et la fortune de son initiateur Pierre Paul RIQUET qui en 1663 convainquit Colbert et Louis XIV du grand avantage économique de pouvoir relier l’Atlantique à la Méditerranée.

Long de 200 km il est alimenté par un système hydraulique complexe avec quelques 350 écluses, ponts, aqueducs et épanchoirs. Le Canal permettait le transport des céréales mais aussi des vins du Languedoc, des draps et autres soies languedociennes et toiles toulousaines. L’activité du Canal perdura jusqu’à l’arrivée du rail. De nos jours une renaissance se redessine grâce au tourisme fluvial.
 
 
 
 
Semi-Marathon de Carcassonne

Pour toute demande de renseignements complémentaires, n'hésitez pas à utiliser le formulaire de contact ci-dessous.
Votre nom :
Votre e-mail :
Téléphone :
Votre message :